Sommaire

Les maisons écologiques sont depuis une trentaine d’années de plus en plus prisées. Elles connaissent, en effet, un vrai succès à travers le monde et très nombreuses sont les personnes qui désirent les adopter.

Toutes les raisons sont désormais bonnes pour habiter ce type de maison, que ce soit pour avoir un moindre impact écologique ou pour réduire ses dépenses énergétiques. Intéressons-nous aux maisons écologiques passives dans notre article !

Les maisons passives : des maisons écologiques sans climatisation ni chauffage

Les maisons écologiques passives ont recours à une énergie renouvelable qu'est l'énergie solaire, dont la consommation passive n'a pas d'impact nocif sur l’environnement. Bien que ce soient des maisons qui utilisent très peu d'énergie, elles demeurent confortables tout au long de l'année.

Leur structure est faite de sorte à maximiser le rayonnement solaire, qui réchauffera les murs, les planchers et les objets et qui, de cette manière, réduira nettement les besoins en chauffage en saison froide.

Ce type de maison doit en réalité autoproduire 90 % de ses besoins en énergie. C'est un type pensé pour que ses occupants puissent se passer de la climatisation en été et du chauffage en hiver.

Maisons écologiques

Les maisons écologiques passives, étant très bien isolées, ont un cahier de charges assez complet pour ceux qui souhaitent obtenir le label Bâtiment à Énergie Passive ou Passivhaus.

Une maison passive, en plus de profiter d'une orientation avantageuse, doit avoir une ventilation à double-flux, afin que l'air y soit renouvelé à son maximum. De plus, tous les appareils électroménagers qui s'y trouvent doivent faire partie de la classe énergétique A.

A lire aussi :  Méthode de dénombrement des micro-organismes en milieu liquide

Les portes et les vitres devront être excellemment étanches, particulièrement celles se trouvant du côté Nord, et les matériaux de construction les plus écologiques possibles.

Une maison passive ne doit pas être isolée par l'intérieur, mais plutôt par l’extérieur, ce qui justifie d'ailleurs son prix assez élevé. C'est une technique qui permettra d’éviter les ponts thermiques au maximum.

On retrouve particulièrement ce type de maison écologique en Suisse et en Allemagne, mais aussi dans les pays nordiques. Leur coût est supérieur de 20 % environ à celui d'une maison de construction classique. Il faudra, en effet, compter à partir de 1 500 € jusqu'à 3 000 € pour le m2.

Afin d'optimiser les performances énergétiques de votre future maison écolo et de vous aider dans vos choix, il serait conseillé de faire appel au savoir-faire d'un architecte qualifié qui va :

  • Vous tenir informé des dernières évolutions en termes d'économie d'énergie ;
  • Vous conseiller quant à la gestion de l'humidité et de la ventilation, ainsi que l'isolation ;
  • Vous aider à tirer profit des conditions climatiques ;
  • Il va vous aider à apporter un style authentique à votre demeure !

Quels sont les critères pour qu'une maison soit qualifiée d'écologique passive ?

Pour être considérée comme telle, une maison écologique passive se doit de respecter quelques paramètres de construction présentés ci-dessous.

L'utilisation d'un matériau de construction écologique

Il est recommandé de privilégier les matériaux non toxiques, recyclés ou ceux d'origine naturelle et produits localement si possible (briques de terre crue ou cuite, bois, paille, etc.).

Un chantier dans le respect de l'environnement

Ce dernier se doit d'utiliser le moins d'énergie possible, tout en œuvrant dans la réduction des déchets au maximum.

A lire aussi :  Comment faire le calcul d'une dilution ?

Tirer profit du climat et de l'environnement

Pour ce faire, il faudra :

  • Poser du double ou du triple vitrage ;
  • Protéger la construction contre le vent en plantant des arbres ;
  • Optimiser l'ensoleillement des pièces à vivre au maximum ;
  • Réaliser une avancée de toit dans le but de limiter les rayonnement du soleil dans quelques pièces.

Bénéficier d'une ventilation et d'une isolation thermique optimales

Nombreux sont les paramètres à respecter pour en tirer profit. Il faudra donc :

  • Faire le bon choix du type de fenêtres ;
  • Utiliser des matériaux isolants d'origine naturelle, tels que la laine de chanvre, la laine de lin, la ouate de cellulose, la fibre de bois, etc. ;
  • Instaurer un système de ventilation qui permettra à la fois le renouvellement de l'air de toutes les pièces à vivre et le maintien d'une température constante.