Sommaire

Près de la moitié des espèces pourrait disparaître d’ici 60 ans

Il est difficile de prévoir exactement combien d’espèces pourraient disparaître d’ici 2080 en raison des changements climatiques, mais une chose est sûre, ces changements auront un impact considérable sur la biodiversité de notre planète.

Les espèces les plus vulnérables sont celles qui sont déjà en danger, comme les espèces en voie de disparition, ou celles qui sont adaptées à des conditions climatiques spécifiques, comme les espèces des régions polaires.

Les changements climatiques affectent tout autant les écosystèmes, y compris les habitats naturels des animaux, perturbent leur cycle de reproduction et leur alimentation, et les exposent même à de nouvelles maladies. Cela peut entraîner une diminution des populations d’animaux, voire leur disparition.

Le nombre de parasites et d’insectes en expansion

Le réchauffement climatique peut avoir un impact sur les populations de parasites, en les faisant croître et en les rendant plus résistants. Par exemple, les changements de température peuvent affecter le taux de survie des parasites, leur taux de reproduction et leur capacité à se déplacer d’un hôte à l’autre.

Sont également affectées les relations entre les parasites et leurs hôtes, ayant des conséquences sur les populations animales et humaines. Ces conditions climatiques changeantes affectent aussi les écosystèmes et les relations de prédation, favorisant la prolifération de certains parasites et insectes.

ours blanc sur la banquise en train de fondre

A lire aussi :  Quels secteurs d'activité pour le tracker solaire ?

Les problèmes liés au pelage

La couleur des poils ou des plumes des animaux sont directement et progressivement impactés par les changements climatiques, et leur modification les rend plus ou moins visibles dans leur environnement.

Cela peut avoir des conséquences sur leur capacité à se camoufler et à échapper à leurs prédateurs, ou à attirer des partenaires pour la reproduction. Sont aussi affectées la croissance et la perte des poils et des plumes, perturbant la thermorégulation des animaux et leur capacité à maintenir une température corporelle stable.

Des difficultés pour hiberner

L’hibernation des animaux n’est malheureusement pas épargnée, et les perturbations de cette dernière peuvent elles aussi perturber les mécanismes de régulation de la température corporelle des animaux, et donc leur capacité à entrer en hibernation et à maintenir cet état de torpeur pendant une période prolongée.

Le changement des conditions climatiques modifie également la disponibilité des ressources alimentaires et des habitats pour les animaux en hibernation, perturbant leur cycle de vie et leur survie à long terme.

https://www.youtube.com/watch?v=SusEf7bnR2Y

A lire aussi :  Quelles sont les façons de laver son linge sans électricité ?

Réchauffement climatique : quels effets pour les plantes et les animaux ?

Le réchauffement climatique a des impacts considérables sur les plantes et les animaux. Que ce soit suite à la hausse des températures ayant des conséquences négatives sur les écosystèmes et les populations d’espèces, ou les pressions accrues et changements dans leurs habitats naturels auxquels sont soumis les plantes et les animaux, ces bouleversements mènent progressivement vers la disparition d’espèces et des modifications des écosystèmes.

Les plantes et les animaux peuvent être affectés par d’autres conséquences comme des sécheresses et des inondations plus fréquentes, des changements dans la distribution géographique des espèces, des maladies ou des parasites, ou encore une augmentation des prédateurs et des concurrents. Ces effets peuvent provoquer des déplacements massifs d’espèces et des perturbations dans les cycles de vie des plantes et des animaux.

L’impact sur la faune marine

Il ne faut pas oublier l’impact négatif sur les animaux marins qui subissent de plein fouet les changements de température de l’océan, affectant leur habitat, perturbant leur cycle de reproduction et leur alimentation, et faisant apparaître de nouvelles maladies.

Le réchauffement climatique peut dans une certaine mesure contribuer à l’acidification des océans, ayant des conséquences directes sur la croissance des coquilles, des squelettes des animaux marins et sur l’état de santé des écosystèmes marins.

A lire aussi :  Comment choisir la bonne borne de recharge pour votre voiture électrique ?